Que faire pour prévenir l’infection urinaire ?

Les études effectuées ces dernières années ont révélé que 50 % des femmes ont souffert d’au moins une infection urinaire au cours de leur vie. Même si les femmes sont les plus touchées par cette infection, les hommes ne sont pas moins nombreux à en être victime. Ceci étant, dans la plupart des cas, l’infection est sans gravité, car traitée à temps.

Comment se manifeste l’infection urinaire ?

L’infection urinaire ou la cystite se présente lorsque des germes d’origine digestive, se trouvant généralement au niveau de l’anus, sont transportés vers l’orifice urinaire. Ces germes peuvent atterrir dans l’urètre et dans la vessie.

Les symptômes de l’infection peuvent varier d’une personne à une autre. Mais le plus souvent, elle se manifeste par un besoin trop fréquent et impérial d’uriner. La plupart des patientes se plaignent également de douleurs en bas du dos : des douleurs lombaires. Parfois, lorsqu’elles urinent, elles peuvent ressentir une sensation de brûlure des douleurs au niveau de la vessie. Tous ces signes témoignent de l’inflammation de la vessie. Dans des cas plus graves, de la fièvre peut apparaître.

Comment éviter l’infection urinaire ?

Pour éviter l’infection urinaire, il suffit de respecter quelques gestes faciles au quotidien. Le guide de référence sur la cystite recommande notamment de :

– Boire suffisamment d’eau
L’un des meilleurs moyens d’éviter l’infection urinaire est de boire environ 2 litres d’eau par jour. Le corps étant mieux hydraté, les urines sont moins concentrées. Ainsi, elles seront plus faciles à évacuer.

Comme la transpiration réduit le besoin d’uriner, cela augmente le risque d’infection urinaire. De ce fait, il faut penser à bien s’hydrater pendant les périodes de forte chaleur.

– Ne pas se retenir d’uriner
Il faut également avoir l’habitude d’aller aux toilettes dès que l’envie se fait ressentir. Se retenir trop longtemps peut augmenter le risque de cystite. Et là encore, il faut veiller à vider complètement la vessie pour ne laisser aucun résidu d’urine dedans, car cela favorise le développement des bactéries.

– Aller aux toilettes après chaque rapport sexuel
Il est important d’uriner systématiquement après chaque rapport sexuel afin d’éliminer les bactéries qui se trouvent dans l’urètre. Uriner évite que ces bactéries ne remontent jusque dans la vessie.

– Bien s’essuyer et se laver aux toilettes
Que ce soit après l’émission d’urine ou de selles, il est essentiel de bien s’essuyer. Pour bien faire, il faut s’essuyer en partant du vagin vers l’anus, et jamais l’inverse. L’idéal est de se laver, et cela, toujours d’avant en arrière. Il ne faut pas non plus oublier de se laver les mains à l’eau et au savon après être allé aux toilettes.

– Éviter la constipation
Pour ceux qui souffrent régulièrement de constipation, il convient d’adopter les bons gestes pour la limiter, car la stagnation des matières fécales au niveau du rectum permet aux microbes de proliférer plus facilement. Pour cela, il faut boire suffisamment d’eau, consommer des légumes et des fruits riches en fibres, manger à des horaires réguliers et faire de temps en temps des activités physiques.

– Avoir une bonne hygiène intime
La toilette intime doit être limitée à une fois par jour. Il faut également éviter la douche vaginale pour ne pas perturber la flore vaginale. Le plus important, il faut privilégier les produits doux aux PH vulvaires entre 5 et 7 pour le lavage externe.

– Porter de bons vêtements et sous-vêtements
Pour limiter la transpiration, et donc le développement des microbes, le port de sous-vêtements synthétiques et de pantalons trop serrés est aussi déconseillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *