Les bons gestes pour mieux cicatriser

La durée du processus de cicatrisation est variable d’une personne à une autre. Chez certains sujets, la brûlure superficielle ou la petite coupure peut s’infecter et laisser d’importantes traces sur la peau. Pour optimiser la cicatrisation, voici ce que vous devez faire.

Bien nettoyer et désinfecter la plaie

Les petites graines de poussière ou de sable qui auraient ou pénétrer dans la plaie ne sont pas toujours visible à l’œil. Dans tous les cas, dès que vous vous blessez, il est important de bien le nettoyer et le désinfecter. Pour ce faire, vous pouvez avoir recours à de l’eau et du savon. Rincez bien la plaie sous un jet d’eau avant de le sécher avec une compresse. Utilisez une compresse au lieu d’un coton, car cette matière peut laisser des fibres. Si la plaie est « sale », appliquez de la solution d’antiseptique à base de chlorhexidine ou d’hexamidine pour éviter toute infection. L’utilisation des solutions à base d’alcool n’est pas très conseillée, car non seulement, elles piquent, mais elles peuvent irriter la blessure.

Mettre un pansement adéquat

On ne peut pas mettre n’importe quel pansement même si on tient à protéger la plaie des salissures et des frottements. Pour les petites blessures comme les écorchures et les coupures, prenez un pansement sec qui est composé d’une compresse de gaze et d’un support adhésif. Il existe aussi des pansements humides qui sont plus recommandés si la blessure est plus importante. Ils contiennent des actifs qui vont limiter la macération et accélérer la cicatrisation. Pour les écorchures au genou et les ampoules dont la cloque a percé, privilégiez les pansements hydrcolloïdales ou hydrocellulaires. Ceux-là permettent d’éviter la formation d’une croûte. Les pansements liquides en spray sont plus réservés aux lésions au niveau des mains, des pieds ou du visage, notamment dans les zones où on ne peut pas vraiment poser des pansements. Pour une cicatrisation optimale, on doit aussi bien s’hydrater.